Gambie : Un Mardi de tous les dangers!

le président de la Gambie, Yahya Jammeh

Annonces

Partagez!
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin

Dans la sous région ouest-africaine, tous les yeux sont rivés, aujourd’hui, vers Banjul, la capitale Gambie. C’est ce mardi que, la Cour suprême gambienne doit examiner le recours du président Jammeh. Que va t-il se passer?

Yahya Jammeh, « fier » dictateur gambien, avait bel et bien appellé au téléphone, le président élu Adama pour le féliciter. Du coup, le président sortant change sa direction pour dire qu’il n’accepte plus le verdict des urnes.

Pourtant, les gambiens ont fait leur choix démocratique, en élisant un nouveau président. Les membres de la CEDEAO se sont rendus à Banjul. Ils ne sont pas parvenus à convaincre Jammeh.

Agé de 51 ans, Jammeh sème aujourd’hui, la polémique dans la sous région ouest-africaine.

Pour rappel, Yahya Jammeh est arrivé au pouvoir depuis le 22 juillet 1994 à l’issue d’un coup d’Etat. Il est resté sourd aux différents appels de la communauté internationale visant à lui faire entendre raison. Il ne veut rien entendre. Mieux, Jammeh a même refusé de communiquer avec Ban Ki-Moon.
Les populations gambiennes prient pour que la paix revienne dans ce pays. Certaines ont commencé à quitter le pays; elles se réfugient au Sénégal. Tandis que d’autres vont dans les autres pays d’Afrique.

Une délégation de la communauté économique des Etats membres de la Cedeao se rendra à Banjul mercredi. Pendant ce temps, le président sortant Yahya Jammeh a renvoyé des ambassadeurs qui avaient félicité Adama Barro. Il s’agit des ambassadeurs aux États-Unis, au Sénégal, aux Nations unies, en Chine, en Russie, en Grande-Bretagne, en Turquie, en Belgique, en Espagne, à Cuba, en Guinée-Bissau et en Éthiopie.

Concernant l’actualité d’ajourd’hui, la situation sur place reste tendue. La Cour suprême gambienne est dans l’impossibilité de statuer sur le recours du chef de l’Etat Yahya Jammeh. Il conteste sa défaite électorale face à l’opposant Adama Barrow. Il faudra donc attendre plusieurs mois, faute de juges. C’est le président de la Cour, Emmanuel Fagbenle, qui l’a dit ce mardi. L’audience a été renvoyée au 16 janvier.
.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 5 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Gambie : Un Mardi de tous les dangers!"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher